• Maria Clara Fontes & Jasmine Arnould

L'éditorial - troisième édition

Dernière mise à jour : 22 mars 2021

Journal nº3 - 02/12/2020


Un journal, ça change des vies. Et nous voulons, pour ce dernier numéro de 2020, vous dévoiler nos objectifs en créant le Lièrmo, et ce qu'il nous a apporté tout au long de cette aventure qui a surgi du jour au lendemain.


Dans un contexte de dystopie, où nous ne pouvions pas nous voir, où chacun s’était confiné avec soi-même, sans pouvoir voir ses amis, le Lièrmo est né. Il s'est construit à travers des messages, appels, mails, aucun contact. C’est devenu notre motivation: nous nous levions le matin avec un objectif à accomplir dans la journée. Ce journal a été comme un réveil, dans un temps, où nous nous étions tous endormis, renfermés sur notre solitude.


Et c’est ça ce que nous voulions avec notre journal, accompagner les personnes dans cette phase difficile. Redonner un peu le sourire, faire oublier. On voulait apporter la bonne humeur et à la fois échanger nos connaissances. Se libérer peu à peu de ce monde qui se base graduellement sur un système de désinformation, et surtout se libérer de cette distanciation sociale, de cette pandémie, de cette maladie qui nous fait peur à tous.

Nous voulions montrer les élèves, sous un autre point de vue : nous sommes avant tout humains. Sortir du « bon élève », « mauvais élève » ou juste « élève ». Nous aimons tous quelque chose, nous savons tous faire quelque chose. Et il faut être déterminé pour s’investir, y aller, croire en soi. Parce que c’est en ayant sa propre confiance et amour que nous irons jusqu’au bout. Nous voulons connaître les uns, les autres, nous voulons vous connaître, et partager avec vous nos passions et rêves d'adolescents.


Nous voulions créer un lien. Que ce projet nous lie un peu plus à nos enseignants, en apprenant, un peu plus chaque mois sur l’un d’entre eux. Créer un lien avec le personnel du lycée, avec les parents et les élèves. Garder le lien avec tous ceux qui sont passés au lycée, qui, d’une manière ou d’une autre, ont croisé nos vies. Comme par exemple, notre cher Monsieur Dicop qui nous a écrit, et qui nous a retrouvés. Nous avons connus d’autres élèves, les chers membres de notre belle équipe, et nous nous apprêtons à en connaître bien d’autres. Sans oublier la rencontre avec notre nouveau et déjà si cher proviseur et bien sûr notre premier et cher interlocuteur : Monsieur Davanture.


Durant les visios de coquilles et de rêves éveillés!

Et avant tout, nous voulions comprendre notre monde, notre société. Nous avons besoin de poser des questions, nous sommes assoiffés de réponses à nos «pourquoi», «comment», «pour qui» … Nous voulons nous informer, savoir et réussir à expliquer. Et c’est là, que nous avons appris à aller chercher les vraies informations. Nous nous sommes éloignés des réseaux sociaux, nous nous sommes écartés des « fakes news » et nous nous sommes nourris de toutes les connaissances que ce nouveau métier de journaliste a pu nous apporter, à la fois en cherchant et écrivant mais aussi en lisant le travail des autres.


Le Lièrmo, nous a ouvert d'immenses fenêtres. Il nous a montré que tout est possible et nous a fait comprendre que dans la vie il ne faut pas laisser tomber. Il nous a prouvé que nous étions capables de monter un journal tout entier.


Nous pourrions dire que ce n'est pas facile tous les jours, que nous sommes souvent débordés, que nous n’avons jamais le cerveau au repos, que devoir gérer tout un travail de presse plus les devoirs de l’école n’est pas anodin, passer des heures et des heures consécutives devant son ordinateur à travailler n’est pas forcément ce que nous voulons faire tous les jours. Mais à vrai dire, notre journal nous passionne. Il nous a fait revivre intensément, dans un monde à moitié endormi.


Et c’est à la recherche d’oubli, de retrouvailles, en vivant d’espoir, d’ambition et en visant l’excellence et surtout le bonheur, que nous avons créé ce projet qui nous appartient, à nous tous.


Nous étions à la recherche d’une vie, que l’on pensait effacée par cette année que fut 2020; et nous l'avons trouvée à travers le Lièrmo.

Maria Clara Fontes & Jasmine Arnould

Rédactrices en cheffe du journal