• Marjane Dreux

L'Euthanasie: Un crime ou une délivrance ?

Journal nº5 - 02/04/2021


Le vendredi 30 octobre 2020, les premiers résultats du référendum visant à légaliser l’euthanasie, le choix de mort, en Nouvelle-Zélande ont été rendus publics à 65%. Cependant, il faudra attendre encore un an avant qu’elle ne rentre en vigueur, mais cette loi représente déjà une révolution en Nouvelle-Zélande.


Plus récemment, le jeudi 18 mars 2021 le Parlement espagnol a approuvé définitivement la législation de l’euthanasie.


Si un individu atteint d’une maladie incurable qui lui inflige des souffrances morales ou physiques insoutenables, l’euthanasie (aussi appelé « suicide assisté ») peut être une option pour le délivrer de ces affreuses douleurs. Par contre, elle provoque la mort...


L'euthanasie est un usage des procédés qui permettent d’accelerer ou de provoquer la mort des malades incurables qui souffrent et souhaitent mourir. Mais attention ! Il ne faut surtout pas comparer l’euthanasie au suicide. L’euthanasie est utilisée seulement dans le milieu médical et dans des circonstances bien précises : maladie sans espoir de guérison et souffrances intolérables.


L'euthanasie ne consiste pas juste à faire une injection à un patient à sa simple demande. Il faut le consentement des proches, de la famille et du patient lui même. Mais il faut aussi que l’État où la demande est faite l’autorise.


Et oui, la majorité des États interdisent l’euthanasie pour des raisons qui sont tout à fait compréhensibles car selon eux : on ne peut pas ôter la vie de quelqu’un même avec son consentement. Mais, en Europe et en Amérique du Nord (France, Canada, Luxembourg, Royaume-Uni, Italie, Belgique, Suisse, etc), il existe une tolérance à l’encontre de ces pratiques, à condition qu’elles se déroulent dans un cadre réglementé. Selon eux, chacun est responsable de sa vie et donc de sa mort. C’est une question de points de vue, de conscience collective et de croyance.


Il y a deux types d’euthanasie :

  • L'euthanasie active : c'est le geste d'un tiers qui donne la mort.

  • L'euthanasie passive : c'est l'arrêt des traitements qui abrège la vie lorsque le cas est désespéré

Pour conclure, l’euthanasie légale et interdite est une question de point de vue et il faut respecter les choix des États sur ce sujet là car l’euthanasie peut être vue comme un crime, un suicide ou une délivrance.


Législation et pratique judiciaire dans le monde :

  • Euthanasie active légale (bleu foncé)

  • Euthanasie passive légale (bleu clair)

  • Suicide assisté légal (vert)

  • Euthanasie illégale (rouge)

  • Situation légale inconnue (gris)


Marjane Dreux, 2nd2