• Belén Bitar

La methaphysique Aristoteliecenne : science de l'etre en tant qu'etre

Journal nº5 - 02/04/2021


La métaphysique c'est selon Aristote, la philosophie première, qui étudie l'être en tant qu'être.

Le mot métaphysique né pas d'ARISTOTE. C'est un mot inventé par un post-aristotélicien, s'appelle Andronico de rodes (78 - 47 a. C.) , qui a arrangé les livres reçus d'Aristote. Pendant son travail d'arrangement il a trouvé un livre situé après le livre de physique qui étudie l'être primordial de tous les êtres et ses causes et principes universelles. C'est d'où vient le mot métaphysique (après la physique)


  • D'où viens la philosophie première d'Aristote ?


Platon

Après avoir étudié plusieurs sciences, (mathématiques, géographie, biologie, physique). Aristote a trouvé que ses sciences étudient des objets particuliers comme dans la physique : le mouvement, en biologie : les genres et espèces, en géométrie : les formes. Mais, Aristote a voulu arriver à un point original, c'est le début ontologique (début de tous les débuts). Pour cette raison, il a étudié les idées Platon : les pensées matérialistes des présocratiques dont l'eau, qui selon Thales et l'origine de tout. Il a ensuite critiqué toutes les idées de Platon qui se trouvent au-delà du monde vivant et les idées des présocratiques qui conduisent vers un origine infini indéterminé : ''ad infinitum''. C'est une chaine indéterminée.


Comme Aristote est un philosophe réaliste qui a travaillé sur la réalité en tant que telle : il a mis entre parenthèses toutes les idées qui concernent le début et la fin : soit platoniques, présocratiques ou des sophistes. Il a trouvé que l'être est le début en tant qu'être, ce qui l'a poussé à étudier les causes, les principes, les catégories qui sont en relation à ce concept original (ex : 4 causes de l'être : cause matérielle, formelle, efficiente et la cause finale). Ce que caractérise Aristote, c'est qu'il a pensé à ajouter le hasard comme une cause ontologique. Puis, il a traité la substance et sa relation avec l'essence et la cause ''l'essence c'est la manifestation de l'objet tel qui il est en puissance''. Donc, il y a une substance qui est la base de l'essence, et cette substance c'est la forme.


L'un des principes fondamentaux de la métaphysique d'Aristote est l'hylémorphisme : la forme et la matière. Aristote ne sépare pas la matière de la forme, ce qui est contre la pensée de son maitre, Platon.


  • Quelles sont les principes fondamentaux de la métaphysique aristotélicienne ?

L'étude de l'être en tant qu'être est en relation étroite avec les 3 principes logiques suivants:

  • Le principe de non contradiction : une proposition ne peut pas se contredire elle-même ce qui logiquement confirme le principe d'identité

  • Le principe d'identité : une chose est égale à elle-même, comme unité unique de forme et de matière

  • Le principe du tiers exclus : principe dit aussi de séparation, ex : Socrate est vivant ou mort (pas les deux au même temps)



  • L'être en puissance et l'être en action

Principe étudié dans un des livres de la métaphysique aristotélicienne : ce principe a joué un rôle important dans la pensée philosophique médiévale et moderne. La puissance ne peut être actualisée que par la force potentielle de l'être, qui lui permet de s'actualiser en tant que telle. C'est comme si nous étions devant le principe immanent de Espinosa. Tout ce qui existe en puissance deviendra acte de réalisation à travers sa force immanente.


Mais où peut-on trouver le moteur qui provoque l'actualisation des puissances de tous les êtres dans le monde humain et la nature ?


La cause originelle qui provoque l'actualisation de tous les moteurs, de tous les êtres dans le monde humain et le monde naturel, Aristote l'a trouvé en Dieu. Le Dieu d'Aristote est indifférent des êtres, ce sont les êtres qui dépendent de lui, mais il ne dépend pas des êtres : tous les êtres se dirigent vers Dieu mais Dieu est indifférent. C'est comme la batterie d'une montre qui fait bouger les aiguilles pour qu'elle puisse rouler autours du temps sans les prendre en considération.

« La métaphysique est la science qui contient les premiers fondements de ce que saisit le savoir humain. Elle est science des principes de l'étant et non pas des principes de la connaissance ». Kant



Belén Bitar, 1ère1