• Matias Lemire

Les Jeux Olympiques

Journal n 9 - 2/09/2021


La plus grande compétition de sport toute compétition confondue est attendu avec énormément de ferveur tous les 4 ans et cette année avec la pandémie de la COVID-19, les JO de Tokyo 2020 se sont déroulés cette année. Mais quelles sont ces origines, récentes ou très éloignées ? Quels sports sont présents et quels sont les athlètes qui ont dominé ce sport ? En bref, les jeux olympiques qu’est-ce que c’est ? (Nous parlerons ici des JO d’été et non d’hiver qui se déroule à une autre période et les sports sont différents).


L’histoire des Jeux remonte à l’Antiquité et prend ses racines en Grèce dans le Péloponnèse, il y a environ 3000 ans. Des concours sportifs organisés à Olympie avaient lieu tous les quatre ans et ont pris le nom de Jeux Olympiques. On ne sait pas précisément quand ils ont commencé, mais la date de 776 av. J.-C. est souvent citée dans les sources écrites. Les raisons exactes de la naissance des Jeux restent aujourd’hui inconnues, car l’histoire se mêle à la mythologie. Il y avait en tout 8 sports recensés : des sports qui sont pratiqués encore au JO d’aujourd’hui comme le lancer de disque ou le saut en longueur, mais il y avait des sports qui ne sont plus pratiqués aujourd’hui comme la course de char ou le pancrace (c’était un mélange de lutte et de pugilat ; un bon exercice qui est cependant dangereux).

En 1894, Pierre de Coubertin lance son projet de rénovation des Jeux Olympiques et en 1896 a lieu la célébration des 1ers Jeux de l’ère moderne, à Athènes. Ces premières olympiades réunirent 241 sportifs dans 9 sports différents. Bien que le nombre de sportifs présents soit assez faible comparé aux chiffres des éditions plus récentes, c’est la première fois qu’une réunion sportive rassemble autant de participants. En 1913, les anneaux olympiques sont créés. Ils représentent les 5 continents et symbolisent que tout le monde peut y participer. Aujourd’hui, près de onze mille athlètes à travers le monde participent aux JO pour un total de 33 sports cette année. Les sports iconiques des JO sont clairement restés au-dessus en termes de popularité : volley, athlétisme, natation, arts martiaux (sauf Karaté qui est arrivé cette année), handball, etc… Cependant, de nombreux nouveaux sports sont arrivés cette année, ce sont des sports « de rue » tels que le skateboard, le surf, le basket 3X3, le BMX freestyle ou encore l’escalade sportive.

Les Jeux Olympiques, grâce à la notoriété qu’ils peuvent apporter, amènent énormément de grands joueurs autour du monde. Que ce soit dans les sports collectifs ou individuels, ils ont tous le numéro un : dans le basket les USA ont perdu qu’une seule finale depuis 1992, dans le volley le Brésil a raté sa première finale cette année alors qu’elle les avait toutes faites depuis 2004. Aujourd’hui, lorsqu’on parle de LA performance, tout JO confondu, avec 23 médailles d’or et 5 d’argent et bronze, dont 8 en une seule olympiade, à qui pensez-vous ? Usain Bolt ? Non, même si c’est le meilleur sprinter de tous les temps avec un record au 100m inégalable (9s58), il est bien loin de ces performances avec « seulement » 8 médailles d’or. Notre Teddy Riner national peut-être ? Eh bien toujours pas, même avec ses 10 ans d’invincibilité et ses 5 médailles, il est bien loin de 28 médailles. Celui qu’on surnomme The Baltimore Bullet (La Balle de Baltimore) n’est d’autres que Michael Phelps en personne. Entre papillon, quatre nage et nage libre, il dominait tout le monde de manière écrasante. Son palmarès décrit avant parle de lui-même. C’est une performance tellement incroyable que la seconde personne avec le plus médaille est une femme du nom de Larissa Latinina avec 18 médailles en gymnastique.

Pour finir, les jeux olympiques sont un bon moyen de nous faire ressentir ce qu’est vraiment le sport au haut niveau. Nous pouvons également voir des personnes qui ont cru en leur rêve et qui se sont entraînés jour après jour pour s’affronter sur le toit du monde dans leur discipline. De plus, on ne retient que les gagnants, mais le dernier d’une course est devant ce qui ne cours pas et qu’entre possible et impossible, il n’y a que deux lettres, mais UN état d’esprit.


Matias Lemire, 2nde 1