• Lou Didelot

Os Gringos - Destination: les States

Journal nº8 - 2/07/2021


Pour l’édition du mois nous prenons l’avion et allons passer nos vacances chez Lou à la Nouvelle-Orléans !


As-tu déjà vécu dans beaucoup de pays? Si oui lesquels? Comment vis-tu l’expatriation?


Oui j'ai vécu dans plus de 6 pays et 7 villes différentes. Je suis née et est vécu à São Paulo, ensuite j'ai vécu a Dubaï, a l Île Maurice, en France, au Chili, je suis retournée au Brésil à Rio, et maintenant je vis à la Nouvelle-Orléans aux États-Unis. L'expatriation a ses aspects positifs et négatifs. Ce qu'il y a de positif est de découvrir les différentes cultures, langues, apprendre à connaître les gens, mais aussi à avoir une certaine tolérance, et savoir s'adapter. Ce qu'il y a de négatif est de laisser ses amis derrière soi, et apprendre à être patient pour s'adapter.

Rio - États-Unis, beaucoup de changements? Une adaptation difficile?


Oui il y a beaucoup de changements, notamment dans la culture et la langue. L'adaptation n'était pas la plus facile comparée à celles que j'ai eu dans les autres pays ou j'ai vécu. Il est clair que j'ai mis du temps à m'y faire.


D’un lycée français à un lycée international, quelles sont les plus grandes différences?


Les 3 premières années j'ai été dans un lycée International, avec la plupart des cours en anglais et une grande influence américaine, mais ensuite j'ai préférée changer au système Américain, car j'ai trouvé cela plus facile, je continue bien évidemment à prendre des cours en français. Les plus grandes différences seraient les activités extra scolaires, sports, les engagements des élèves au sein de l'école. Les Américains passent beaucoup de temps à faire du bénévolat, des cours extra. Dans un lycée Américain, le « high school » comme ils l'appellent ici, ils nous permettent de nous spécialiser dans des matières que l'on préfère dès la 3ème, ce qui est quelque chose qui diffère du programme Français.


Peux-tu nous en dire un peu sur les différences entre les brésiliens et les américains ?


Les Brésiliens sont plus ouverts d'esprits, ils cherchent plus à être proche au niveau relation tactile et humaine alors que les Américains peuvent être assez froids et distants.


Comment s’est passé la pandémie chez toi? Déjà vaccinée?


Oui je suis déjà vaccinée, la pandémie a été assez dure comme partout dans le monde. J'ai été en virtuel jusqu’à octobre du calendrier hémisphère nord. Je continue à porter le masque, mais aujourd’hui on retrouve une vie presque normale, les gens se relâchent et portent moins le masque vu que la plupart sont vaccinés.



Quels sont tes passe-temps favoris? Et est-ce que ta routine carioca s’éloigne beaucoup de ta routine américaine?


J'aime beaucoup courir, m'informer sur les actualités de notre monde, j'aime notamment écouter de la musique, traîner avec mes amis et étudier. Oui on peut dire ça, quand j'habitais à Rio je ne courrais pas, j étais plus jeune donc je pense que ceci y fait aussi, je n'avais pas autant de liberté qu'à la Nouvelle-Orléans.


As-tu déjà une idée de tes études supérieures? Comptes-tu rester aux États Unis ou aller étudier ailleurs?


Pour l'instant, je suis assez partagée, je m'intéresse beaucoup à la science politique. J’espère avec mon niveau pouvoir faire mes études aux États-Unis même si cela demande beaucoup d'efforts, mais ça ne me dérangerait pas de retourner en France ou même d'aller dans une université au Canada.


Que nous dirais-tu pour nous donner envie de visiter les États Unis?


Le pays est vaste avec différents endroits à visiter, un paysage fabuleux, les aspects artistiques sont aussi intéressants à connaître. Les gens eux-mêmes sont toujours à la recherche de leurs réussites, toujours engagés dans ce qu'ils font ce qui est quelque chose que j'observe beaucoup et qui est intéressant à voir.


Quelle est ta plus grande "saudade do Brasil"?

Ce qui me manque le plus c'est mes amis bien évidemment, mais aussi la plage, les fruits, la nourriture, la musique. En étant brésilienne je peux dire que tous les aspects culturels du brésil me manque et dès que je peux, je viendrai visiter Rio :)


Lou Didelot