• Lucas de Coster

Qu'est-ce qu'un lobby ?

Journal nº6 - 02/05/2021


Si l’argent n’achète pas le bonheur ni les amis, il achète de l’influence. En 2020, plus de 3,57 milliards de dollars ont été investis pour influencer les décisions du gouvernement américain. Au sein de l’Union Européenne, ce chiffre s’élève à 3 milliards de dollars. La corruption et les pots de vins étant illégaux, c’est grâce aux lobbys que cela a été rendu possible. Mais alors qu’est-ce qu’un lobby, quels sont ses objectifs et comment transforme-t-il de l’argent en influence ?



Un lobby est un groupe de personnes créé dans le but de faire valoir des intérêts en influençant le pouvoir public. En gros, ce sont des gens qui sont payés pour faire en sorte que les décisions prises par un gouvernement aillent en faveur de leurs intérêts. Par exemple, le lobby du tabac va tout faire pour éviter que l’on limite ou interdise la vente de cigarettes.


Les lobbys ne sont pas mauvais par nature. Nos démocraties n’étant pas parfaites, il est impossible pour nos différents représentants de faire valoir les intérêts de tout le monde. Ainsi, un lobby peut permettre à des agriculteurs de se faire entendre et d’obtenir par exemple plus d’aides de la part du gouvernement. Mais il ne faut pas se leurrer. Pour fonctionner, un lobby a besoin d’argent. Or ce ne sont pas les petits agriculteurs qui ont le budget pour se faire entendre mais bien de grandes firmes transnationales. Ainsi, les lobbys font avant tout valoir les intérêts privés des plus grandes entreprises mondiales.


Pour influencer le processus de décision, les lobbys ont recours à plusieurs moyens. Ils peuvent embaucher des scientifiques pour qu’ils produisent des études qui leur sont favorables (ou tout simplement mensongères) comme le font les grandes compagnies productrices de pesticides (Monsanto) ou comme l’a fait l’industrie du tabac pendant les années 50. Ils peuvent aussi financer les campagnes électorales de différents députés, sénateurs ou même présidents. Si ces derniers sont élus, ils doivent s’assurer que les intérêts des lobbys qui les ont financés sont bien pris en compte. Enfin, ils peuvent aussi échanger différentes faveurs avec des membres du gouvernement, en leur promettant par exemple des positions bien payées à la fin de leur mandat. Ces méthodes du moins immorales sont souvent aux limites de la frontière de la légalité. Elles ne sont que très peu régulées et se font souvent « sous la table ».


Parmi les lobbys les plus connus, on peut citer la NRA (National Rifle Association), puissant lobby pro-arme aux États-Unis ayant investi plus de 31,2 millions de dollars dans la campagne de Trump en 2016. On peut aussi citer « Philip Morris International », propriétaire de Marlboro, qui en 2013 a dépensé plus de 5,25 millions d’Euros pour influencer les membres du Parlement Européen. Enfin, on ne peut pas oublier « Monsanto », un des plus gros producteurs mondiaux de pesticides, qui en 2016 a dépensé plus de 4,6 millions de dollars en lobbying. Ce ne sont pas les exemples qui manquent…


Les lobbys sont donc des groupes de pressions qui font valoir les intérêts des plus grandes entreprises mondiales auprès de nos dirigeants. Pour certains, en plaçant l’intérêt de ces entreprises au-dessus de l’intérêt commun, les lobbys entravent nos démocraties. Pour d’autres, ils sont en partie responsables de l’inaction de nos gouvernements face au réchauffement climatique. Une chose est sûre, si nous voulons que les générations-futures puissent vivre dans le monde que l’on a connu, il faut absolument faire face aux lobbys.



Lucas De Coster, TA, 2021