Energies nucleaires

Journal nº3 - 02/12/2020 Le nucléaire a beau être la source d’énergie la plus propre, elle produit toujours des résidus et des déchets radioactifs dangereux pour notre santé et qui peuvent mettre très longtemps à perdre leur radioactivité. L’énergie nucléaire est l’énergie la plus propre que nous connaissons aujourd’hui dans le sens où elle n’émet pas de gaz à effet de serre et qu’une centrale nucléaire ne prend pas beaucoup de place à construire. Elle a aussi un facteur de production bien plus élevé (90% pour le nucléaire) que ses compétitrices, l’hydroélectrique (60%) et l’éolienne (50%). Extrait de l’interview avec André Salgado, directeur de Framatome Amérique Latine: Le Brésil utilise beaucoup l'énergie hydroélectrique, possède de nombreuses rivières, du vent, du soleil et utilise beaucoup d'énergie réutilisable, principalement l'énergie hydroélectrique. Pourquoi investir dans l'énergie nucléaire ? M. André Salgado : «Il y a certains points qu'il est important de comprendre par rapport à la matrice énergétique d'un pays, l'un des points qui est primordial est ce que nous appelons la sécurité énergétique. La sécurité énergétique consiste à garantir que lorsque vous avez besoin d'énergie, elle est disponible. Donc, l'un des problèmes que nous avons avec le vent et le soleil est qu'il y a des variations. De toute façon, les fournisseurs appellent cela des variables intermittentes. Elles peuvent fonctionner maintenant, et ne pas fonctionner plus tard. Et nous devons nous assurer que l'approvisionnement lorsque vous avez besoin de prendre une douche chaude dans la douche électrique, l'énergie est là ; lorsque vous voulez allumer la lumière, elle est là. Donc, pour cela, il existe d'autres sources que l'on appelle l'énergie de base. L'énergie hydroélectrique, issue de barrages avec réservoirs, est considérée comme une énergie de base, car elle dispose d'un stockage d'eau que vous pouvez utiliser à tout moment. Donc, vous ne dépendez pas de la pluie, vous ne dépendez pas de ceci et de cela. Théoriquement, car quand un long moment passe sans pluie, il y a une sécheresse et on peut même arrêter la centrale hydroélectrique faute d'eau. [...] Et puis on obtient le grand avantage de l'énergie nucléaire. L'énergie nucléaire est une énergie fiable du point de vue de la production. Il y a un indice que nous appelons le facteur de capacité, qui est la division de ce que l'énergie que cette centrale génère divisée par la puissance maximale qu'elle peut générer.» Au Brésil le nucléaire représente 3% de l’énergie brésilienne, et tout le cycle de production d’énergie se réalise localement. La première étape de ce cycle est l’extraction de l’uranium du sous-sol brésilien, lequel passe par un traitement pour obtenir le yellow cake. Ce yellow cake doit être enrichi pour qu’il comporte entre 30 et 50g d’uranium 235 (le reste étant composé d’uranium 238 qui n’est pas fissible). Pour fabriquer le combustible, l’uranium est transformé en une poudre noire, qui est comprimée et cuite pour former des pastilles, dont chacune peut libérer autant d’énergie qu’une tonne de charbon. Les pastilles sont enfilées dans des tubes de métal de 4m pour former des crayons qui forment des assemblages combustibles placés au cœur du réacteur de la centrale. Les pastilles vont subir des réactions de fission nucléaire pendant 4 ou 5 ans et une fois épuisées elles sont remplacées et mises dans des piscines de refroidissement pendant 3 ans pour perdre une partie de leur radioactivité. Les résidus nucléaires sont contrôlés et surveillés pour qu’ils ne causent pas de dégâts. En dehors du combustible en soi. La centrale nucléaire émet différents types de rejets radioactifs qui peuvent provenir des circuits d’épuration et de filtrations, des outils et des habits portés par les personnes qui travaillent sur place, ou de l’équipement des machines par exemple. Ils sont triés selon leur niveau de radioactivité et stockés dans des piscines ou des conteneurs en acier qui sont eux-mêmes soit stockés, soit transportés vers une usine de retraitement. Dans ces usines les différents éléments du combustible usé seront séparés pour pouvoir être réutilisés. Ainsi, 96% du combustible est réutilisé. Deux grandes familles de déchets nucléaires existent : les « déchets à vie courte » et les « déchets à vie longue », ces déchets ne sont pas aussi radioactifs les uns que les autres donc ils ne sont pas traités de la même manière. Les déchets à vie courte proviennent de la maintenance, de l’exploitation et la déconstruction des centrales nucléaires. Ils représentent 90 % du volume total des déchets radioactifs mais ne contiennent que 0,1 % de la radioactivité totale et perdent la moitié de leur radioactivité après 31 ans, ce qui les rendra presque complètement inactifs au bout de 300 ans. Les déchets à vie longue sont principalement issus du traitement du combustible nucléaire usé et représentent 10 % du stock total de déchets radioactifs et concentrent 99,9 % de la radioactivité totale. Ils mettent au moins plus de 31 ans pour perdre leur radioactivité et demeurent actifs pendant plus de 300 ans voire des milliers d’années pour les plus radioactifs. Marina Farcette, 2nd 2

Energies nucleaires