L’île énergétique durable du Danemark

Journal nº4 - 02/03/2021 Les actualités ne font que nous remémorer la gravité du réchauffement climatique et, par conséquent, l’importance de réduire nos émissions de gaz à effet de serre. Pour répondre à cette demande grandissante, de nombreux projets ont vu le jour, dont un au Danemark, qui promet de bien nous ébahir : la première île énergétique au monde. Concrètement, c’est une île artificielle qui sera construite dans la mer du Nord à 80 kilomètre des côtes danoises. Comme elle sera composée essentiellement d’éoliennes, sa localisation en mer est stratégique : c’est là où nous pouvons capter les vents les plus puissants et les plus réguliers. L’île serait capable de produire 3 gigawatts, assez pour alimenter plus de 3 millions de foyers. Son objectif est de fournir à la fois de l’électricité domestique et de l’hydrogène vert pour l’aviation, l’industrie et les transports lourds. Le projet est estimé à près de 30 milliards d’euros et, selon un porte-parole du ministère du Climat, « le début de la construction devrait intervenir en 2026 et nous espérons qu'il soit fini entre 2030 ou 2033». Il faut savoir que le Danemark fait partie des bons élèves des accords de Paris. En 2019, 75% de son électricité était renouvelable, une prouesse non-négligeable. Lors des dernières conférences, le Danemark s’était engagé à réduire ses émissions de gaz à effet de serre de 70% d’ici 2030. Ayant pris du retard, le gouvernement tente d’y remédier suite aux critiques qui ont été faites par la population. Ainsi, le projet est majoritairement possédé par le gouvernement danois mais est aussi à la recherche d’investissements privés. En effet, l’île énergétique représente une idée ambitieuse mais prometteuse. On lui donne aussi le statut de hub (centre de transit) car elle a pour but de vendre son énergie à d’autres pays d’Europe comme la Norvège, l'Allemagne, la Pologne ou les Pays-Bas. L’envie de décarboner ses activités et la demande croissante d’énergies propres font de l’île un investissement très attirant. Elle compte d’ailleurs là-dessus pour pouvoir ensuite s'amplifier. Un deuxième projet d’île énergétique a déjà été cité, cette fois dans la mer Baltique. Le Danemark espère que les deux hubs puissent produire, ensemble, 10 gigawatts, ce qui est suffisant pour fournir de l’électricité à 10 millions de foyers, soit presque deux fois la population du pays. Il laisse ainsi transparaître son envie de s’imposer sur la scène internationale en tant qu’un des premiers à rendre sa transition écologique concrète. Julia Marques, TA

L’île énergétique durable du Danemark