La violence et la langue

Journal n 10 - 02/11/2021 Qu'est - ce que la langue? Une définition courante de langue en fait un « système de signes, oraux ou écrits, propre à un groupe humain. Une langue évolue, change, se métisse, subit toutes les vicissitudes de l’esprit du temps et des transformations sociales, politiques, culturelles, idéologiques. Elle est ce dans quoi tous ces changements peuvent se voir et se lire. L'évolution dépend de la société, de l'idéologie, des transformations. Comment lier la violence et la langue? En un premier sens, on peut, en effet, ressentir et décrire comme une violence l’ensemble des transformations qu’une idéologie donnée impose à la langue : son appauvrissement syntaxique et sémantique, ses éventuels néologismes, ses simplifications grossières et ses abréviations. Le sujet sur lequel s’exerce cette violence est alors la langue elle-même. Langage et manipulation: DEF; La manipulation, au sens abstrait, désigne l'emprise exercée par une personne sur une ou plusieurs autres dans le but de contrôler leurs actions ou leurs sentiments. La manipulation est considérée comme une manœuvre trompeuse voire perverse et a une forte connotation péjorative. La langue du 3ème reich Le philosophe allemand Victor Klemperer s'attache dès 1933 à l’étude de la langue et des mots employés par les nazis. En puisant à une multitude de sources (discours radiodiffusés d'Adolf Hitler ou de Joseph Paul Goebbels, faire-part de naissance et de décès, journaux, livres et brochures, conversations, etc.), il a pu examiner la destruction de l’esprit et de la culture allemands par la novlangue nazie. En tenant ainsi son journal, il accomplissait aussi un acte de résistance et de survie. En 1947, il tirera de son travail ce livre : LTI, Lingua Tertii Imperii, la langue du IIIe Reich, devenu la référence de toute réflexion sur le langage totalitaire. Sa lecture, à près de soixante-dix ans de distance, montre combien le monde contemporain a du mal à se guérir de cette langue contaminée, et qu'aucune langue n’est à l’abri de nouvelles manipulations. LTI, la langue du IIIe Reich [1] montre le questionnement d’un chercheur sur son époque et sur l’outil même qui lui permet de penser, la langue. À partir de l’étude philologique de la langue allemande en usage sous le Troisième Reich et au lendemain de la Seconde guerre mondiale, V. Klemperer nous offre un témoignage et une réflexion exemplaire sur l’influence socio-psychique du langage. Qu'est- ce que le discours totalitaire? Le discours totalitaire serait donc un discours qui vise à abolir une interdiscursivité ouverte sur la pluralité des discours possibles, ouverture qui permet une pensée créative ou contestataire — les deux étant non dissociables. Il s’agit, comme l’écrit Klemperer, de « transformer l’individu en tête de bétail, sans pensée ni volonté, dans un troupeau mené dans une certaine direction et traqué, faire de lui un atome dans une pierre qui roule (LTI : 49). Belén Bitar, 1ere1

La violence et la langue