Les talibans : un monstre créé par la guerre froide et un certificat de défaite états-unienne

Journal n 10 - 02/11/2021 Il y a quelques mois, un événement a stoppé tous les moyens de communication dans le monde: Le groupe extrémiste religieux Taliban avait repris le pouvoir en Afghanistan. Des images de désespoir de personnes de tous âges essayant à tout prix de quitter le pays. Mais comment les choses en sont-elles arrivées là? Tout d'abord, pour pouvoir comprendre cela, il faut remonter quelques décennies en arrière et connaître certains événements majeurs. Plus précisément pour l'année 1979, en pleine guerre froide. Les troupes soviétiques envahissent le pays et assassinent le président Mohammad Daoud, subissant une forte résistance de la part d'une guérilla locale appelée moudjahidine: ce n'est que le début d'une histoire d'un pays qui ne connaîtrait pas la paix jusqu'à aujourd'hui. Pourquoi les Soviétiques ont-ils pris une telle mesure ? Pendant une grande partie du XXe siècle, l'Afghanistan a été, même pendant sa période monarchiste, un partenaire important de l'Union soviétique. Les Soviétiques ont joué un rôle très important dans le développement local et les infrastructures. Les années 1970, cependant, ont ébranlé la stabilité du partenariat afghano-soviétique – à commencer par un coup d'État qui a renversé la monarchie afghane en 1973 et conduit Mohammed Daoud Khan à la présidence du pays. Cependant, pendant son règne, les relations avec le Parti démocratique du peuple afghan se sont détériorées, ce qui a incité les communistes du parti à organiser un coup d'État contre le président. Tout cela s'est déroulé de manière brutale, avec une attaque contre le palais présidentiel et en plus de l'exécution du président, 18 autres membres de sa famille ont également été assassinés dans ce jeu de pouvoir connu sous le nom de révolution de Saur. Avec le coup d'État, les Soviétiques avaient frayé la voie à l'implantation du socialisme dans le pays à la situation géographique étrangement stratégique sur le globe. Les conservateurs locaux ont vu un tel coup comme une menace possible pour l'Islam, car l'éducation laïque avait été introduite ainsi que la permission pour les femmes de participer à l'arène politique. Obligeant les moudjahidines à appeler à la guerre sainte (jihad) déclenchant ce combat qui ne s'achèvera que dix ans plus tard. Le groupe de guérilla avait le soutien des États-Unis pour l'utilisation d'armes plus sophistiquées et d'argent pour financer d'autres dépenses. Un tel conflit avait été extrêmement coûteux et épuisant pour les socialistes, qui ont finalement abandonné complètement en 1989. Laissant un pays dans le chaos et avec une perte de près de 2,6 milliards de dollars (une petite somme de près de ce que leurs adversaires états-uniens dépenseraient près de 40 ans plus tard).

Maintenant que nous comprenons la racine du problème, où commencent à apparaître les talibans dans cette histoire ? C'est à ce moment que les moudjahidines deviennent une pièce importante de ce puzzle. Les guérilleros ont réalisé après la fin de la guerre qu'ils devaient imposer leurs interprétations de la loi et des principes islamiques afin d'essayer immédiatement de mettre fin à cette influence étrangère dans le pays, ce qu'on appellera plus tard les talibans que nous connaissons aujourd'hui. Le groupe officiellement créé en 1994 s'empare de la capitale afghane deux ans plus tard et prend le pouvoir pour la première fois du pouvoir dans le pays qui serait renommé « Émirat islamique d'Afghanistan ».
Le groupe Sunita n'était pas pieux au sujet des règles créées. Désormais, les femmes perdraient le droit d'aller et venir librement, d'étudier, de travailler et même de s'habiller à leur guise ; loin de là. En effet, le port de la burqa deviendrait également obligatoire. Et ce n’est pas que les femmes qui doivent porter le chapeau : les jours fériés non islamiques, la télévision et même la musique étaient strictement interdits. La partie manquante : les États-Unis, bien sûr Le célèbre attentat du 11 septembre a marqué un tournant dans l'histoire récente de l'Afghanistan. Bien que l'attaque terroriste la plus importante de l'histoire ait été orchestrée par une autre organisation terroriste, Al-Qaïda, dont le chef était Oussama ben Laden, les deux facteurs sont étroitement liés. En effet, les États-Unis, assoiffés de vengeance, ont envahi l'Afghanistan un mois après l'attentat; car c'était de là que l'organisation terroriste opérait. L'objectif était d'empêcher les talibans de faire du territoire afghan un refuge pour Al-Qaïda. Une guerre extrêmement coûteuse y commença, et la plus longue de l'histoire des États-Unis. Au cours des deux décennies qui ont suivi leur éviction du pouvoir, les talibans ont mené une insurrection contre les forces alliées et le gouvernement afghan soutenu par les États-Unis. Mais d'où vient l'argent de cette organisation pour soutenir une guerre de plus de vingt ans contre la plus grande puissance du monde ? L'Afghanistan est un pays au sol extrêmement riche. Ce sont les plus gros exportateurs d'opium au monde (matière première de diverses drogues comme la morphine et la codéine) et c'est la principale source de revenus des djihadistes. Cette activité est si rentable qu'elle permet au Taliban d'être extrêmement riche avec un flux de financement autonome. En outre, le groupe reçoit également de l'argent de l'exploitation minière, de l'immobilier et de bienfaiteurs régionaux non identifiés. Le début de la fin En 2017, les talibans ont adressé une lettre ouverte au président américain nouvellement élu Donald Trump, l'exhortant à retirer les forces américaines d'Afghanistan. Après des années de négociations, les talibans et le gouvernement Trump ont finalement signé un accord de paix en 2020. Les États-Unis ont accepté de retirer l'armée et de libérer environ 5 000 prisonniers talibans. Les talibans ont accepté de prendre des mesures pour empêcher tout groupe ou individu, y compris al-Qaida, d'utiliser l'Afghanistan pour menacer la sécurité des États-Unis ou de leurs alliés. Mais l'accord n'a pas apporté la paix. On sait très bien où va cette histoire. Ah, l'innocence...
La violence en Afghanistan a atteint son plus haut niveau en deux décennies. Les talibans ont accru leur contrôle sur des régions plus vastes du pays. En juin de cette année, le groupe a affirmé contrôler ou contrôler environ 50 à 70 % du territoire afghan en dehors des centres urbains. Joe Biden termine le travail de Trump Après Biden avoir annoncé le retrait de ses troupes, les talibans, dans une offensive éclair, le 15 août de cette année ont pris le contrôle de la capitale Kaboul; étendant effectivement leur contrôle sur le pays et dissolvant le gouvernement. Le président afghan Ashraf Ghani a quitté le pays et le contrôle du palais présidentiel a été repris par les rebelles. Tout s'est passé sans aucune résistance. Compte tenu de ce scénario, les États-Unis devraient accélérer la conclusion du processus de sortie du pays, en cours depuis l'année dernière : une méga-opération visant à éloigner en toute hâte les diplomates et les citoyens américains a été montée par les troupes américaines, qui contrôlaient toujours l'aéroport. Les talibans veulent vendre une image “moderne” Apparemment, les talibans sont déterminés à montrer qu'ils sont différents du passé ultra-conservateur. Ils prétendent être attachés à la paix et garantir certains droits des femmes (oh, qu’elle charité!) Le gouvernement inclusif permettra toujours aux femmes de s'éduquer (dans les limites des possibilités islamiques, bien sûr). Des prédictions erronées et des trillions de dollars gaspillés La plus grande puissance du monde a lourdement investi dans la guerre, les sources divergent considérablement sur le montant exact des dépenses du pays en Afghanistan. Une étude de l'Université Brown de 2019 a estimé les coûts des guerres post-11 septembre (en particulier celles en Afghanistan et en Irak) à 6,4 trillions de dollars d'ici à l'exercice 2020. D'autres estimations prévoient plus de 2 trillions de dollars rien qu'en Afghanistan. Cependant, si le but de tout cela était de maintenir les djihadistes hors du pouvoir, assurant ainsi la sécurité nationale, et qu'il a effectivement fallu quelques jours après le retrait des militaires du territoire pour que les talibans prennent le relais ; fondamentalement, les États-Unis ont brûlé de l'argent et ont été ridiculisés par les djihadistes devant le monde entier. Et quel impact cela a-t-il sur le monde ? Sur le plan économique, l'impact est faible. Les liens de l'Afghanistan avec le marché sont limités, car le pays ne compte pas beaucoup d'entreprises mondiales. Cependant, les craintes que le pays ne redevienne la cible d'attentats terroristes, provoquant des tensions au Moyen-Orient et une volatilité croissante des marchés, sont préoccupantes. La reprise du pouvoir par les talibans est considérée comme une exposition de défauts dans les décisions de la Maison Blanche. Et quant aux futurs impacts de cela, nous devons attendre pour le savoir. Laura Marinho, 1ere1

Les talibans : un monstre créé par la guerre froide et un certificat de défaite états-unienne