PL 490 et la démarcation des terres indigènes

Journal n 9 - 2/09/2021 Le PL 490/2007, a été approuvé à la Commission de Constitution et Justice (CCJ) le 23 juin par 41 voix pour et 20 contre. Ce projet de loi empêche la démarcation des terres indigènes et promet l’ouverture de ces territoires au secteur agroalimentaire, à l’exploitation minière et la construction de centrales hydroélectriques. Le projet de loi 490 empêche totalement le droit à la démarcation de nouvelles terres indigènes et prévoit de revoir les territoires déjà démarqués. Elle établit le « marco temporal », soit le retardement de la démarcation des terres indigènes. C’est une loi inconstitutionnelle qui légaliserait l’exploitation des terres indigènes (en particulier l’exploitation minière et l’élevage) et faciliterait l’accaparement des terres. Le PL 490 est fortement soutenu par les ruralistes (bancada ruralista). Wapichana, la seule indigène dans le parlement brésilien a été empêchée d’achever son discours. Elle a également demandé la participation de représentants des peuples originaires, demande qui a été niée Plusieurs manifestations contre la PL 490 ont eu lieu à Brasília, depuis l’approbation du projet. Les manifestants ont organisé des campements réunissant plus de 850 personnes indigènes venant de 45 peuples depuis le 8 juin demandant l’arrêt des projets. Ces manifestations sont violemment réprimées par la police militaire. Cette brutalité policière a laissé au moins trois personnes indigènes blessées et 10 autres malades à cause de l’utilisation de gaz lacrymogène, spray de piment et balles en caoutchouc, notamment contre des enfants et des personnes âgées. “Nous sommes venus à Brasília pour lutter contre le recul de nos droits, représenté par le « marco temporal » et par le PL 490, mais aussi par tant d’autres projets qui sont discutés et décidés ici sans notre consentement et sans consulter les peuples autochtones”, a déclaré Juma Xipaya, direction du Xingu moyen. « Ce n’est pas la première fois que nos droits sont menacés. Nous sommes résistants et nous allons continuer ». Selon l’avocate de l’Institut Socio-environnementale Juliana de Paula Batista le PL 490 est inconstitutionnel pour diverses raisons : “Le projet prévoit la possibilité de soustraire des zones à l’usufruit exclusif des peuples autochtones, lorsqu’il existe, par exemple, des intérêts miniers ou “l’intérêt public pertinent de l’union”. Ces hypothèses ne sont pas autorisées par la Constitution. Il permet également que les terres réservées puissent être confisquées aux peuples autochtones si l’Union considère qu’ils ont « perdu leurs traits culturels » ; existe, encore, la possibilité de contact forcé avec les peuples indigènes qui vivent volontairement en isolement dans le cas où il y a un intérêt public.» Le projet de loi est qualifié d’assassin et de génocide par les activistes indigènes et leurs alliés. Marina Farcette, 1ere3

PL 490 et la démarcation des terres indigènes